Richesses de la flore Indonésienne

Du fait des importantes pluies qui arrosent l’île de Bali tout au long de l’année, du soleil et de la structure des sols, on y croise une flore tropicale nombreuse et diversifiée. En Indonésie, on recense près de 42 000 espèces végétales, dont 20 000 orchidées différentes. De plus, les forêts de l’Indonésie sont très diverses : pluviale, forêts de conifères, de mousson, etc. À l’est de l’île de Java on trouve même des industries forestières de tek.

Parmi les arbres que je rencontre dans les jungles et forêts, il y a le palissandre, le camphrier, le banyan (un arbre sacré aux multiples lianes et racines), le frangipanier, la casuarina, le caroubier, le tulipier, des fougères arborescentes et de nombreuses variétés de bambous et de bananiers. C’est dans les montagnes de Java que l’on rencontre le plus de pins, mais aussi des lauriers, de la myrte et une espèce provinciale d’edelweiss. Les fleurs ont des formes et des couleurs extraordinaires. Je découvre en abondance des cytises, du jasmin aux saveurs inimaginables, des rhododendrons, hortensias, eucalyptus, ou ces étranges fleurs en grappes de bougainvillée.

On trouve également d’importantes variétés de fruits et de riz, du caoutchouc, des clous de girofle (un des ingrédients essentiel de la cigarette balinaise), de la cannelle, muscade, poivre, gingembre, vanille, soja, igname, manioc, maïs, noix de cajou et cacahuètes (kacang), canne à sucre, etc.

Deux anecdotes originales : la Rafflesia Arnoldii, qui peut atteindre 1 m de diamètre et peser jusqu’à 7 kg, est, à Sumatra, la plus grande fleur du monde. Sans feuilles ni racines, elle parasite les lianes de Cissus. Le Kopi Bali est un café qui est torréfié après avoir été digéré par un petit rongeur…

Forêts luxuriantes de Batubulan

BouddhaAu réveil je profite de la vue resplendissante qui s’offre à mes yeux : une jungle d’arbres fruitiers, de cocotiers, de bananiers, de plantes aux fleurs magnifiques dont les noms me sont alors inconnus.

Et parmi cette nature étonnante de nombreuses maisons ont été bâties, des autels et des temples d’où s’échappent des odeurs d’encens. Un torrent tumultueux sourd depuis les contreforts de la colline avoisinante et le ciel est rempli de grands oiseaux aux larges ailes carrées, des cerf-volants, noirs, bleus, rouge qui vibrent dans les vents déjà chauds du matin.

Sur la maison d’en face des ouvriers s’affairent à construire un toit. Ils sont perchés en haut du faîte. L’un badigeonne un enduit sur les interstices des murs, un autre lance les ardoises à l’intention du troisième qui les rattrape à la volée avant de les déposer sur la charpente.

Je prends mon carnet de croquis et commence à crayonner.

Au cœur de la Nature

L’Indonésie possède parmi les plus vastes forêts tropicales du monde. Malheureusement, l’activité humaine les réduit au rythme d’un million d’hectares par an, causant une très importante érosion.

Doté de l’un des environnements les plus riches au monde, le pays regorge d’une bio diversité animale et végétale considérable.
La partie occidentale (Sumatra, Java, Kalimantan et Bali) abrite de grands animaux asiatiques comme le tigre, le léopard, le rhinocéros ou encore l’orang-outan* (qui signifie « homme des forêt » dans la langue locale). On y découvre également des kangourous arboricoles, des wombats et quelques opossums.

Les îles de Nusa Tenggara, Maluku ou encore Sulawesi, ont donné naissance à une faune et une flore insulaires : l’anoa, qui semble résulter d’un croisement entre une vache et un cervidé ; le calao bicorne, un des oiseaux sacré les plus spectaculaires en Indonésie; le Varan de Komodo (appelé communément Dragon de Komodo), le plus grand carnivore saurien de notre époque. Au chapitre de la flore, je citerai quelques bois comme l’ébène, le teck ou le bois de santal.

* Abdallah ben Abd-el-Kader, le plus célèbre des littérateurs malais du XIX ème siècle, donne à orang-outan son véritable nom, qui est maôuas. Il le dit expressément p. 85 de son Hikâyat : « Mâouas yang di nama i ouléh orang poutih orang outan » : Le mâouas que les hommes blancs nomment orang-outan.