Marionnette Wayang Kulit

Le dalang et la wayang kulit

Agung est passé nous prendre à la maison pour nous emmener dans son village natal. Là-bas nous y rencontrerons Made Subandi, le plus grand joueur de gamelan de Bali.

Marionnette à l'éfigie de Kresna
Marionnette à l’effigie de Kresna, achetée dans la boutique de I Wayan Nartha à Sukawati.

Nous rencontrons Made Subandi chez lui en pleine répétition de son prochain spectacle de marionnettes d’ombres indonésiennes. Depuis quelques temps, Made est dalang (marionnettiste) et son professeur et ami est également présent. Les Balinais n’évoquent guère ce sujet, mais tous croient aux sorcières et à la magie. Les forces négatives sont tout simplement les opposés des forces du bien. On retrouve cette antinomie dans la droite et la gauche des scènes de théâtre d’ombres.
Le théâtre de marionnettes (wayang kulit = poupée de cuir) est la forme artistique la plus complexe et la plus sacrée. Ce spectacle merveilleux véhicule aussi des enseignements éthiques et spirituels. Ce n’est pas un divertissement mais un rituel et l’on assiste à des représentations dans des théâtres, lors de cérémonies, de mariages, etc.

Les marionnettes, confectionnées en cuir de buffle peint et finement ciselé, sont placées dans un tronc de bananier, de part et d’autre du Kayon, l’Arbre de Vie dans les branches duquel on découvre de nombreux animaux mythiques et sacrés (singes, tigres, nâgâ cosmique…). Les personnages maléfiques sont placés à gauche et les gentils à droite. Devant il y a un drap blanc et une lampe à huile de coco renvoie l’ombre des marionnettes sur la toile. Le spectacle commence toujours par la danse du Kayon, qui projette son ombre au centre de la scène. Le dalang prête sa voix à tous les personnages, aigüe et douce pour les bons, basse et vociférante pour les mauvais, il chante, récite des mantras et dirige également l’orchestre de gamelan qui l’accompagne !

Les thèmes qui sont joués sont des épopées épiques issues de la literrature indienne du XIIe siècle : le Ramayana et le Maharabata. Le Ramayana raconte l’histoire du prince Rama et de sa fiancée Dewi Sita, délivrée par le dieu des singes, Hanuman.

Ensuite Made nous entraîne dans la boutique de son maître conteur I Wayan Nartha à Sukawati, qui réalise ses propres marionnettes. C’est un travail absolument remarquable et magique qui s’offre à nos yeux, la boutique est remplie de créatures étonnantes et multicolores, des dieux et des déesses de la mythologie Indienne et Indonésienne, des animaux fabuleux et des Kayonan majestueux qui rayonnent de leurs couleurs éclatantes. Je quitte cet artiste avec quelques créations uniques sous le bras, dont un magnifique Kresna vert et or.

Déjeuner avec Made au Warung Babi Guling de Peliatan où nous dégustons (enfin !) cette spécialité qui occupe une place d’honneur dans de nombreux banquets : le fameux Babi Guling ! C’est un cochon de lait rôti à la broche, et farci de piments, de gingembre, d’ail et d’épices. Puis direction la fabrique d’instruments de musique de Gianyar, où je découvre avec stupéfaction des centaines de pièces de bois ouvragés qui viendront supporter gongs et gamelan batel, pelégongan, saron, etc.

Ce fut une journée très artistique, riche de nouvelles découvertes enrichissantes, à la rencontre de créateurs et d’artistes balinais. Comme le dit Agung dans sa langue poétique : « Jalan, jalan, terasa ». Rasa, c’est le goût, et terasa, c’est lorsqu’on se rend quelque part sans voir le temps passer, parce que le voyage a une saveur particulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *