Plumes de ara

Peliatan et le Parc des Oiseaux

Je reviens de Peliatan, un petit village proche de Ubud dont la vallée verdoyante est un vrai coin de paradis. Déjeuner au Café Dewi dont la petite terrasse donne sur les gorges et les rizières en escalier. Puis nous avons parcouru le fabuleux Parc aux Oiseaux de Ubud qui regroupe de nombreuses espèces volatiles de l’Indonésie, malheureusement pour la plupart en voie de disparition.

Les animaux qui vivent ici proviennent de Bornéo, de Java, de Papouasie, de Bali et d’autres régions de l’Asie méridionale. Des aras rouges, des toucans, casoars, grues et perroquets, des ménates ou des paons blancs, flamands roses et cigognes, pélicans, chauves-souris, qui errent librement, vivent et se reproduisent en toute liberté. Le Parc abrite une étonnante diversité d’oiseaux, ainsi que l’extraordinaire Dragon de Komodo, un lézard géant carnivore, descendant direct d’un antique dinosaure et très rarement vu en captivité.

Le parc est divisé en régions qui recréent l’habitat naturel de ces volatiles, avec la flore indigène. On y découvre avec émerveillement une des plus grandes réserves d’oiseaux du paradis du monde entier.

Mais l’impact de l’activité humaine en Indonésie est visible partout : les ordures ménagères sont brûlées à même le sol, sans cérémonies, ou jetées dans les lacs et rivières. Réapparaissent çà et là sacs et plastiques, jusqu’au fond des vallées profondes que l’on croyait préservées de la pollution humaine… Laquelle est très importante et les espèces animales sauvages disparaissent rapidement.

J’ajouterai ici une petite aparté écologique alarmante : on estime aujourd’hui qu’une espèce vivante disparaît toutes les 20 minutes environ ; le rythme de disparition des espèces est 1000 fois supérieur au rythme attendu et estimé sur les 10 derniers millions d’années. Si l’homme continue sur sa lancée, plus des deux tiers des espèces mondiales auront donc disparu en 2100 ! Ces données proviennent du Millenium Ecosystem Assessment, un rapport établi en 2005 par 1360 experts mondiaux à la demande des Nations unies.

Ce soir les grenouilles et les crapauds-buffles répondent en échos aux sons métalliques des gamelans. Nous sirotons un ginger teh à la terrasse du Deli Cat en compagnie de Meiri. Au loin les éclairs fulgurants zèbrent le ciel. La soirée fut orageuse, un déluge d’eau ! Aussi le petit massage aux huiles essentielles de ce soir fut bien apprecié 😉

5 réflexions au sujet de « Peliatan et le Parc des Oiseaux »

  1. salut kler! merci pour ton mail, je visite – en fait dévore!- ton blog!
    Superbes photos ! Vraiment un pays de rêve! A peine rentré que ça donne déjà envie de repartir non?
    A bientôt,
    grosses bises,
    Gabriel

  2. Ainsi sont les voyages Gaby, mais tu as raison, je suis revenu pour mieux repartir ! Ces paysages, cette culture si naturelle et chaleureuse m’ont littéralement envoûté.
    J’espère donc un nouveau voyage pour l’année prochaine.
    A plus,
    K.

  3. Hello Kler,
    What a great website, beautiful pictures, nice stories too… I love them..! will tell friends about your website…
    On behalve of UBUD, I would like to thank you for your appreciation of our nature and culture of Bali. Some day you should travel more in my country for your greater exploration about Indonesia.

    Hope to see you again….

    warm love from UBUD

    1. Bonjour, si vous voulez parler de l’avant-dernière photo sur la 4e ligne il s’agit d’un Ibis rouge, un oiseau que l’on trouve souvent en Indonésie. Pour le reste, il y a quelques flamands et un pélican (bec rose).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *