Quelques heures avant le départ

Il ne reste que quelques heures avant mon départ et je m’envolerai vers cette lointaine destination. Cette dernière semaine fut très chargée, aussi ai-je profité de mes moments de liberté à préparer mon sac afin d’être fin prêt pour cette grande aventure.

Une bonne paire de chaussures pour arpenter les flancs escarpés des volcans de l’île, une petite fiole de baume anti-moustique afin de résister aux attaques (virulentes parait-il) de nos amis les diptères, quelques T-shirts blancs pour ne pas souffrir de la température et du climat tropical, ma trousse de dessin avec crayons, plumes, encres et aquarelles, un tout nouveau carnet sur lequel je rédigerai mon aventure en l’agrémentant de nombreux croquis sans oublier mon appareil photo !

Départ en train ce soir, vers 16h, de Lorient et arrivée à Paris Montparnasse à 21h. De la gare, je rejoins Roissy Charles de Gaulle et embarque dimanche à midi. Douze heures plus tard, après avoir survolé à 30 000 pieds le Moyen-Orient, le sud de la Russie et la chaîne de l’Himalaya, notre boeing 777 de Malaysia Airlines se posera sur l’aéroport international de Kuala Lumpur, en Malaisie.

9 heures d’attente avant ma prochaine correspondance ! Le temps de flâner dans l’aérogare, en évitant bien entendu de se perdre car il ne faut pas oublier que cet aéroport peut accueillir près de 100 000 visiteurs par jours ! Mais pas d’inquiétude, j’ai neuf heures devant moi pour trouver mon avion !

Enfin j’arriverai à Bali sur les coups de 18 h 30 (heure locale) après un périple de près de 24 heures. Direction Ubud, où mon neveu m’attend en compagnie de ma grande sœur.

Tout un programme en perspective et la suite à ma prochaine connexion…

Sri Astasura ratna bumi Banten

Dieux et déesse de Bali
Dieux et déesse de Bali

Histoire et légendes de Bali

Sri Astasura ratna bumi Banten. Sous ces quelques mots étranges, provenant d’un manuscrit du XIVe siècle, se dévoile l’éthymologie du nom de l’île de Bali : Sri Astasura, roi de l’île Banten. Les deux noms, Bali et Banten ont la même signification : une offrande. À Bali, tout est croyance, rites sacrés, profond respect de la vie mais aussi de la mort et offrandes.

L’île de Bali est la demeure des magiciens, des démons et des dieux.

Dans la Mythologie Balinaise, Bali est une émeraude remontée de l’océan et qui repose sur le dos large d’une tortue, Bedawang. La légende explique qu’elle est issue de la méditation du serpent universel Antaboga. Deux serpents reposent au sommet de la tortue universelle, ainsi que la Pierre Noire, qui forme le couvercle du monde souterrain, gouverné par le dieu Batara Kala et la déesse Setesuyara.

Au cœur de la Nature

L’Indonésie possède parmi les plus vastes forêts tropicales du monde. Malheureusement, l’activité humaine les réduit au rythme d’un million d’hectares par an, causant une très importante érosion.

Doté de l’un des environnements les plus riches au monde, le pays regorge d’une bio diversité animale et végétale considérable.
La partie occidentale (Sumatra, Java, Kalimantan et Bali) abrite de grands animaux asiatiques comme le tigre, le léopard, le rhinocéros ou encore l’orang-outan* (qui signifie « homme des forêt » dans la langue locale). On y découvre également des kangourous arboricoles, des wombats et quelques opossums.

Les îles de Nusa Tenggara, Maluku ou encore Sulawesi, ont donné naissance à une faune et une flore insulaires : l’anoa, qui semble résulter d’un croisement entre une vache et un cervidé ; le calao bicorne, un des oiseaux sacré les plus spectaculaires en Indonésie; le Varan de Komodo (appelé communément Dragon de Komodo), le plus grand carnivore saurien de notre époque. Au chapitre de la flore, je citerai quelques bois comme l’ébène, le teck ou le bois de santal.

* Abdallah ben Abd-el-Kader, le plus célèbre des littérateurs malais du XIX ème siècle, donne à orang-outan son véritable nom, qui est maôuas. Il le dit expressément p. 85 de son Hikâyat : « Mâouas yang di nama i ouléh orang poutih orang outan » : Le mâouas que les hommes blancs nomment orang-outan.

Carnet de voyage

Trois semaines sur l’Île des Dieux

12 Septembre 2010 c’est le grand départ. Je m’envolerai vers Kuala Lumpur. 19 heures d’avion sans escale entre Paris et la capitale Malaisienne. Ensuite, après 9 heures d’attente à l’aéroport je reprendrai mon périple vers l’ultime but de ce voyage, Bali, petite île située dans la partie occidentale de l’Indonésie.

C’est ici, sur www.balimimpi.com que je partagerai avec vous (dans la mesure de mes possibilités sur place) mes photographies, mes dessins, mes aquarelles et les impressions de cet extraordinaire expédition à l’autre bout du Monde.

Puisse ces quelques pages vous faire aussi rêver 😉

caravelle espagnole