Vaches balinaises sur la route de Batubulan

Instants volés au temps

J’ai profité de cette journée pleinement. Quelques derniers achats à Ubud, quelques soieries et un nouveau sarong de cérémonie ! Puis j’ai visité la boutique de Thread of Life, une association durable qui valorise le travail des artisans des îles de la Sonde.

Sur la route, je me suis arrêté quelques instants prendre en photo deux vaches balinaises. Elles avaient le pelage soyeux et une robe ocre jaune, et leurs yeux comme dessinés au crayon noir, à la façon des maquillages des danseuses de Legong.

Les criquets font vibre leur membranes, quelques chiens aboient dans le crépuscule en regardant passer une moto solitaire, la lune s’est élevé doucement dans le ciel et déjà je perçois les frêles bourdonnement d’un moustique alentour… Il est temps de se préparer, car ce soir est mon dernier soir.

J’ai tant reçu, tant partagé et donné du mieux que je pouvais, en écoutant simplement mon cœur. Bali invite au sourire et à s’ouvrir naturellement aux autres. Le simple « bonjour » d’un passant dans la rue est une chose naturelle, un regard, un geste amical et l’on vous ouvre son cœur comme si vous étiez un ami d’enfance. Je sais que cette culture nouvelle dont j’entendais parler sans jamais l’avoir rencontré m’a transformé. J’ai la tête pleine de souvenirs captivants et d’images fabuleuses…

La vie est plus paisible ici, douce, calme, on prend le temps de vivre et tout vous semble plus simple. Chacun accepte aisément les choses, dussent-elles nous sembler abstraites ou difficiles. L’étiquette et le langage expriment un monde codifié où chacun a constamment conscience de sa place dans la société, le temps et l’espace. Les Balinais demandent moins volontiers le nom que la caste par la phrase « Où êtes-vous assis ? ». Il saura alors quel langage adopter et s’il doit physiquement s’asseoir plus bas.

Ici, le stress de nos vies sur-actives s’estompent rapidement. Aussi, le retour aux réalités qui m’attendent en Europe risque d’être épineux. N’y pensons pas, il me reste encore une nuit et je vais la passer avec mes amis. J’attends Neige, Kadek, Gurvan, Agung et Surya pour aller dîner à Denpasar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *